Home > Français > La guerre, la mouche et la femme > Text

La guerre, la mouche et la femme

 

La rue tranquille, la lune brille jaune,

Nuages voyagent sur le plafond,

Quelle nuit.

Eric s’asseoit chez “Café Noir”,

Serveur s’endort sur le comptoir

S’ennuie.

Eric attend un peu de temps,

Alors il laisse tomber un franc,

Quel bruit.

Le jeune serveur voit finalement

Qu’¡il y a assis un seul client

Chez lui.

 

Eric observe la porte et prend

“Le Jour”, parce que ce garçon

Est lent.

Et quand il arrive finalement

Eric commande un bombardement

Méchant.

S’excuse, il était absorbé

Par la lecture. Non, il voudrait

Du thé.

La rue tranquille, la lune brille jaune,

Ailleurs on tue sans honte des gens.

Quelle honte.

 

Une mouche circule autor d’Eric,

Se pose donc sur le mot “Afrique”

Tout noir.

Eric regarde la mouche un peu,

La laisse vivante, veut pas tuer

Ce soir.

Pendant un temblement de terre

Arrive le thé dans un sale verre

Pour boire.

Une ville brûlée, il brûle sa langue,

Eric perçoit deux mouvements,

C’est tard.

 

Arrive Christine, et le garçon,

Souriant, la main ouverte, attend

Liquide.

Eric dit Bien, salue Christine,

Elle ne dit rien, ce soir sa mine

Est vide.

Voilà ta clé, voilà ta bague,

Voilà tes promesses fausses et vagues,

Elle dit.

Se lève sans dire un mot de plus,

Le clé comme un éclat d’obus

Limpide.

 

La rue tranquille, la lune brille jaune,

Nuages voyagent sur le plafond,

Quelle nuit.

Quand Eric sort il aperçoit

Une mouche qui suit fièlement sa voie.

L’ami.